Qui sommes-nous ?

Présentation

L’Association générale étudiante du Collège François-Xavier-Garneau (AGÉCFXG) est un organisme indépendant du cégep, qui est géré par et pour les étudiants et les étudiantes et qui les représente. On y devient membre en payant une cotisation lors de l’inscription au Cégep Garneau, contribuant ainsi au budget permettant l’offre de différents services et le financement de multiples comités.

Les objectifs généraux de l’association sont :

  • promouvoir, protéger, étudier et développer de toutes les manières possibles les intérêts pédagogiques, économiques, culturels, politiques et sociaux de ses membres ainsi que tous autres intérêts, quels qu’ils soient, pouvant toucher de près ou de loin ses membres ou l’ensemble de la communauté étudiante du Québec
  • promouvoir la conscience associative de ses membres et les inciter à développer une meilleure conscience collective et sociale en regard des problématiques régionales, nationales et internationales
  • soutenir l’action de ses membres siégeant sur divers organismes et instances du cégep
  • rendre le milieu le plus conforme possible aux intérêts et aspirations de ses membres
  • regrouper la communauté étudiante du Cégep Garneau et lui offrir des services

Quel que soit le besoin, les membres ne doivent pas hésiter à entrer en contact avec l’association!

 

Instances et fonctionnement

Quatre instances régissent, gèrent et font vivre l’AGÉCFXG :

Assemblée générale étudiante (AGÉ)
C’est l’instance décisionnelle suprême. C’est à chaque membre de s’y rendre pour y participer, le tout afin de s’assurer que l’association soit représentative des étudiants et des étudiantes. Après les élections annuelles, c’est à l’AGÉ d’élire les membres qui siégeront au CA. Une de ses tâches principales est d’adopter les grandes orientations, positions politiques et objectifs de l’association.

Conseil d’administration (CA)
Le rôle du CA est de prendre la plupart des décisions concernant les orientations et les objectifs en se servant des grandes lignes données par l’AGÉ et par les Statuts et règlements de l’association. Il exécute les décisions et les mandats, gère les affaires courantes et tient le local de l’association afin de répondre aux membres et d’assurer les différents services. Il se rencontre habituellement une fois par semaine ou par deux semaines. Ses membres sont élus lors des élections annuelles à la fin de l’année ou en assemblée générale.

Conseil exécutif (CE)
Le CE effectue les tâches du CA lorsque ce dernier ne peut pas se réunir, notamment en saison estivale ou lors d’une situation d’urgence. Il est composé du coordonnateur ou de la coordonnatrice, du coordonnateur adjoint ou de la coordonnatrice adjointe et des responsables aux finances, aux communications et aux affaires internes.

Conseil des comités (CC)
Le CC est un conseil consultatif où chaque comité a un vote. Il propose des orientations générales à l’association (en ce qui a trait aux comités) et défend les intérêts des comités et de leurs membres. Il élit deux personnes au CA, soit une personne qui représente les comités de services et une autre les comités d’information.

 

Histoire

Brève histoire de l’Association générale étudiante du Collège François-Xavier-Garneau

Le Cégep Garneau est fondé 7 août 1969 ; il est le quatrième et dernier cégep public créé dans la région de Québec à la suite du regroupement de trois collèges privés, soit le Collège des Jésuites, le Collège des Ursulines de Québec et l’École Normale Laval. Il s’agissait, à l’origine, de constituer un «cégep de la haute ville». C’est pourquoi l’institution a  conservé jusqu’en 2012 la dénomination «Collège François-Xavier-Garneau», qui a une connotation plus élitiste. L’Association générale étudiante du Collège François-Xavier-Garneau (AGECFXG) est créée l’année même de la fondation du Cégep. Par contre, les lettres patentes de l’Association ont été octroyées seulement en 1977.

 

L’Association étudiante, l’aménagement d’un espace de vie

Nous ne disposons que de très peu d’information sur l’histoire de l’Association étudiante, car une bonne partie de ses archives a disparu. Plus précisément, nous ne disposons plus des procès-verbaux d’avant 1987. Pour reconstituer l’histoire de l’Association étudiante, il y a un véritable travail d’historien ou d’historienne qui reste à faire. Par ailleurs, il serait inexact de se faire une idée de l’état du mouvement étudiant local uniquement en se reposant sur la situation au cégep Garneau. Il vaut mieux avoir une perspective régionale et nationale pour mieux comprendre les dynamiques d’action collective qui fluctuent souvent d’un cégep à l’autre.

Dès l’origine, les associations étudiantes ont été créées dans l’objectif de participer et d’aménager la vie étudiante des campus avec des comités étudiants et des activités publiques, telles que l’indique l’un des articles inscrits dans les Statuts de l’Association : « rendre le milieu le plus conforme possible aux intérêts et aspirations de ses membres ». À Garneau, l’Association étudiante est à ses débuts constituée de plusieurs comités ; la Boîte à chansons, le Ciné-club, le Comité de cinéma, le Comité de photographie et le théâtre l’Escourfel. Plus tard, d’autres comités se sont créés comme le Café Oxymel (1981), Explorizon, le comité des Résidences du Vieux-Château, Amnistie Internationale, Radio, le journal La Crise. Ces comités, comme les services de l’Association, sa régie interne et ses revendications, ont évolué dans le temps, en allant entre autres dans le sens d’une institutionnalisation de l’Association étudiante, avec l’embauche d’employés et d’employées par exemple. Il est difficile d’avoir une approche « comptable » pour savoir combien d’étudiants et d’étudiantes participent aux activités et aux comités de l’Association. Avec une vingtaine de comités, c’est près de deux cents membres qui s’engagent à chaque année. Enfin, il faut noter qu’un grand nombre d’initiatives étudiantes ont été « récupérées » par le Cégep, tel le comité Écogarneau pour les activités environnementales, le Gala mérite étudiant pour récompenser les étudiants et étudiantes ou le comité sportif.

 

Une association présente dans l’histoire du mouvement étudiant.

L’Association étudiante participe aussi au mouvement étudiant et à la politisation des étudiants et des étudiantes. Mais, à l’instar de ses archives disparues, il est difficile de s’en faire une idée sans faire un travail historique plus développé que ce qu’il est dans nos intentions ici. Pour la petite histoire, lors de la crise d’octobre, en 1970, l’exécutif de l’Association réagit à la Loi des mesures de guerre et à l’interdiction des réunions (et la fermeture de l’auditorium) en se débarrassant de tous ses documents dans l’incinérateur. Or, les exécutants et exécutantes se trompent et jettent les documents dans la chute à linge. Le directeur du Service aux étudiantes récupère alors la documentation et les cache chez lui jusqu’à la fin de la crise. Selon Yves Tessier, l’auteur d’une monographie sur le Cégep, ces documents n’étaient pas particulièrement menaçants.[1] Cette anecdote est l’une des rares traces écrites relatant un fait historique datant de la première décennie d’existence des cégeps.

L’une des principales caractéristiques de la participation de l’AGECFXG aux organisations étudiantes nationales est son ambiguïté, à savoir de s’être affiliée et désaffiliée à de nombreuses organisations nationales et d’avoir participé sporadiquement aux vastes mouvements de grèves étudiantes. L’Association de Garneau aura été, plus souvent qu’à son tour, indépendante vis-à-vis des grandes organisations nationales. Cela n’a pas empêché les étudiants et étudiantes de Garneau de se positionner quant aux grands enjeux politiques qui touchent la société québécoise et la jeunesse, tels l’environnement, l’indépendance du Québec, la mondialisation, la légalisation des drogues douces, etc. En ce sens, les Statuts de l’Association indiquent que l’un de ses objectifs est de « promouvoir, protéger et développer de toutes les manières possibles les intérêts pédagogiques, économiques, culturels, politiques et sociaux de ses membres ainsi que tout autre intérêt, quels qu’ils soient, pouvant toucher de près ou de loin les membres de l’AGECFXG et l’ensemble des étudiants du Québec ».

Nous savons que l’Association a été membre de nombreuses organisations étudiantes nationales, dont l’Association nationale des étudiants et étudiantes du Québec (ANEEQ, 1975-1994). Il y a eu au moins une campagne d’affiliation à l’ANEEQ à la suite de la grève de 1986[2] et Garneau a fait grève durant trois jours en 1988 afin de revendiquer une réforme de l’aide financière aux études[3].  En 1991, l’Association étudiante se positionne quant à la création de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) avec un référendum sur les trois options possibles (ANEEQ, FECQ, indépendance) dont le résultat est l’affiliation à l’ANEEQ. Par contre, après la dissolution de l’ANEEQ, l’AGECFXG s’affilie temporairement à la FECQ en janvier 1996. Il s’agissait d’une décision et d’une recommandation du Conseil d’administration. Pourtant, cette affiliation temporaire est suivie à l’automne 1996 d’une motion de blâme contre la FECQ, la fédération n’ayant pas défendu deux des revendications de ses membres lors de la grève de 1996. Finalement, le référendum d’affiliation définitif est beaucoup plus tard, en mars 1997 et le résultat est… l’affiliation au Mouvement pour le droit à l’éducation (MDE). L’année suivante, en avril 1998, un second référendum décide d’une affiliation en faveur des deux regroupements nationaux! Cette même décision est infirmée par une désaffiliation (en assemblée générale) de la FECQ puis du MDE en octobre 1999. À partir de cette année, l’Association étudiante de Garneau reste indépendante jusqu’en 2005.

Au printemps 2005, après la grève générale contre les modifications à l’aide financière aux études (des coupures de 103 millions), l’AGECFXG s’affilie à l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ). Néanmoins, au printemps 2008, une assemblée générale adopte une proposition visant à tenir un référendum sur le maintien de l’affiliation à l’ASSÉ. Le résultat très clair met fin à l’affiliation. Finalement, à la suite de la grève de 2012, l’AGECFXG s’est réaffiliée à l’ASSÉ.

Par ailleurs, la participation des étudiants et étudiantes de Garneau aux mouvements de grève de 1996, 2005 et 2012 est mitigée. En 1996, la participation aux assemblées générales est massive et la grève est de trois semaines. Dix ans plus tard, en 2005, le mouvement de grève ne dure que quelques journées. En 2012, les étudiants et étudiantes refusent avec une grande majorité à participer à la grève générale étudiante. Néanmoins, ils et elles participent à leur façon au conflit social qui secoue le mouvement étudiant en réitérant à de nombreuses reprises leur opposition à la révolution tarifaire du gouvernement libéral, en participant aux fréquentes manifestations de l’année 2012 et en appuyant deux journées de grève, une le 11 novembre 2011 et une autre le 22 mars 2012.

Conclusion

Il est difficile de résumer l’histoire d’une association étudiante où des milliers d’étudiants et d’étudiantes se sont impliqués, que cela soit pour animer la vie étudiante, organiser des voyages, s’impliquer au Café Oxymel ou dans des journaux étudiants. Entre la vie étudiante et la défense des droits pédagogiques et politiques, les étudiants et étudiantes se sont mobilisé-es à leur façon, parfois de façon plus conservatrice que leurs camarades des autres campus, mais surtout de façon ambivalente par rapport aux organisations nationales et aux mouvements sociaux qui ébranlent le Québec depuis les années 1970.


[1] Yves Tessier, Le Collège François-Xavier-Garneau, Trente ans d’histoire, Québec, Collège François-Xavier-Garneau, 2000, p.107. La première partie de ce bref historique de l’AGECFXG est largement inspiré de cet ouvrage.

[2] Le Québec étudiant, « Neuf associations font un pas vers l’ANEQ », volume 10, numéro 7,  avril 1987.

[3] Marc Doré, « Québec nie avoir « négocié » avec l’ANEQ », La Presse, 6 novembre 1988.